Éléonore de Grandmaison


Remerciements

Je désire remercier messieurs Gérard Héroux et Gilbert Thérien pour les données sur la descendance de Jacques Gourdeau sieur de Beaulieu, troisième époux d'Éléonore, de même que pour les données complémentaires au livre de Pierre-Georges Roy sur la famille de Chavigny de la Chevrotière.


Je remercie également madame Juliette Seguin-Lévesque, épouse de Charles-Eugène Lévesque demeurant à Long Island (Sayville) NY, qui m'a fourni des informations précieuses sur la descendance de Rose de Chavigny de la Chevrotière et Edmond Lévesque.


Rina Auger, auteure du roman historique Éléonore de Grandmaison, Seigneuresse en Nouvelle-France, et Jean-Pierre de la Chevrotière ont également contribué aux données contenues dans ces pages. Je les en remercie.


Je veux aussi dire un merci tout spécial au président de l'association Histoire et généalogie de la Caraïbe, monsieur Philippe Rossignol, grâce à qui j'ai pu obtenir beaucoup d'informations sur nos cousins Martiniquais.


Je tiens également à remercier monsieur Jacques Trempe qui m'a permis d'utiliser une grande partie des données qu'il a recueillies sur la descendance du couple Thomas J. Taschereau - Marie-Claire Fleury.


Je veux aussi remercier madame Patricia Toal-Bondy pour les informations sur la descendance de Thomas Douaire de Bondy et Marguerite de Chavigny. La majorité de cette descndance se retrouve aujourd'hui dans la région de Windsor-Détroit dans le sud de l'Ontario et le sud-est du Michigan.


De même, je remercie madame Suzanne M. Alvarez pour les informations qu'elle m'a transmis sur la famille de Berthe de Chavigny de la Chevrotière et German Alvarez.


D'autres sites ont également un lien avec la famille :

Il y a le site de l'Association mondiale des descendants d'Éléonore de Grandmaison, l'AMDÉG.

Jean P. Donato a préparé quelques pages sur Clément Lair, notre ancêtre-vedette, où il retrace la vie et le travail de cet homme comme ingénieur à l'installation et à l'opération du télégraphe aérien en France sous Napoléon

Ce télégraphe, qui était connu sous le nom de télégraphe de Chappe du nom des frères qui l'ont conçu, fait l'objet d'une recherche intensive par des passionnées.


Si je ne sais où je vais, je veux savoir d'où je viens.


Vers la page d'index des données


Retour à la page d'accueil